Genres musicaux

Genres musicaux

Sous-catégories

  • Electro, Break beat

    L’électro comme le Break beat sont des musiques qui semblent contemporaines mais qui trouvent leurs origines dans des rythmes assez anciens. Aujourd’hui largement répandues, ces musiques se développent à travers la planète musique à grande vitesse et séduisent de plus en plus d’amateurs.

    L’électro

    L’électro serait né au début des années 80 avec l’arrivée du système MIDI qui permettait à plusieurs instruments de communiquer entre eux grâce à un ordinateur.
    L’électro est une révolution dans le monde de la musique, après l’apogée du rock, du disco e
    t du punk.L’électro recouvre différents mouvements comme la Techno, l’Ambient, la House, etc. : elle se caractérise par un son qui met à profit les boites à rythmes, les synthétiseurs, les ordinateurs et les échantillons sonores. Ici se côtoient ensemble des violons, des sirènes de pompier, un sitar indien, une voie transformée de diva d’opéra.
    Pêle-mêle, on retrouve de nombreux artistes mondiaux issus de l’électro tels que Daft Punk, Massive Attack, Prodigy, Bob Sinclar, Chemical Brothers, etc.
    L’électro est tout de suite reconnaissable car elle fait penser à une pulsation cardiaque qui donne une furieuse envie de danser.

    Le Break beat

    Ce mouvement se reconnaît par son rythme binaire syncopé et la forte utilisation de rythmes dits cassés. Le Break beat s’oppose à tous les autres sous-genres de l’électro qui ont une rythme plus régulier.
    En Break beat, on dénature le son, on utilise des samples que l’on intègre à d’autres rythmes.
    C’est un genre qui s’inspire librement du funk.
    Dans le Break beat, on reconnaît les mouvements suivants : hip hop, trip Hop et Drum & Bass par exemple. C’est un style qui est reconnaissable à l’utilisation de basses sur des rythmes assez vifs et entrainants.
    Les principaux représentants sont les Stanton Warriors, Plump Dj’s, Gramatik qui transforme des balades jazzy, Mr Troy, C2C qu’on ne présente plus et Flume.

  • Rock, Pop rock

    De plus en plus, le rock et la Pop rock tendent à se confondre car elles ont des bases communes, proviennent tous les deux du Blues et ont pour vocation de libérer une énergie telle qu’on veut toujours danser.

    Le rock

    Faut-il encore présenter le rock ? C’est un style musical assez métissé qui s’inspire bien entendu du Blues mais aussi du jazz, du folk et de la country music.
    Communément, on peut réduire sommairement le rock à la présence de guitares électriques, d’une batterie et parfois d’un clavier, d’une ou plusieurs voix. Le tout est alors posé sur un rythme binaire assez cadencé, ce qui va le différencier d’emblée du jazz, ou d’autres musiques plus marquées.
    Le rock, c’est aussi une histoire très riche née à la fin des années 40 et début des années 50 et qui ont vu des précurseurs tels qu’Elvis Presley, Chuck Berry lancer ce mouvement musical. Le rock, ensuite, a rencontré d’autres mouvements comme la Pop avec les Beatles, mais aussi le folk avec Bob Dylan, le psychédélique avec Pink Floyd ou ce qu’on appelait alors comme le hard rock avec Led Zeppelin ou Deep Purple.
    Aujourd’hui, le rock a un visage multiple et le genre s’est largement développé et a évolué à une vitesse impressionnante en passant par la britpop (Blur, Oasis), le grunge avec Nirvana ou un rock plus mixé avec Muse ou Green Day.

    La Pop rock

    C’est un genre qui rencontre un succès phénoménal et automatique chez les adolescents.
    C’est surtout un genre qui a explosé au début des années 2000 : musique populaire destiné à un grand public, une sorte de rock démocratisé pour tous.
    Les artistes les plus représentatifs de cette époque glorieuse sont : Placebo et leur fameux titre « The bitter end », MUSE et la chanson « Time is running out », The Rasmus et le titre « In the Shadows », Linkin Park et le titre « Numb », The White Stripes avec « Seven nations army » ou The Strokes avec « The end has no end ».
    En France, Kyo, Calogero et même Indochine sortent du lot grâce à ce style.

  • Pop, Easy listening

    La pop music est un genre musical qui s’est largement répandu dans notre société, c’est alors un genre apparenté au rock qui cherche à cibler les adolescents qui sont en quête d’identité.
    Avec la pop, ils se retrouvent dans les mêmes clubs, ont le même langage, les mêmes codes vestimentaires.
    On estime que la pop est l’équivalent de la variété en France.
    L’easy listening se rapproche de la musique pop car elle se veut aussi proche des gens, une musique que l’on écouter partout et que tout le monde (jeunes, moins jeunes, travailleurs, grands-parents, etc.) peuvent écouter ensemble sans troublés.

    La Pop

    La Pop music apparaît dans les années 60 quand le rock traditionnel commence à chanceler légèrement C’est l’avènement des Beatles qui installent totalement ce genre dans les charts musicaux de l’époque.
    La pop se veut une version plus cool, plus romantique, plus mélancolique du rock et se caractérise par des vocalises et des mélodies.
    Les chanteurs évoquent souvent leurs sentiments mais aussi les relations entre hommes et femmes.
    La pop, c’est aussi une musique qui s’intègre à la danse, à un style vestimentaire et aux fameux clips. Pour toucher un grand nombre de personne, la pop music doit être diffusée sur la plupart des radios ; ainsi, sa structure se modifie pour une écoute la plus large possible : rythme proche du cœur humain, durée de la chanson de 3 minutes, un débit  plus lent et une alternance refrain-couplet systématique.
    Parmi les représentants du genre, on retrouve, les Beach Boys mais plus récemment ce sont Shakira, Britney Spears, Depeche Mode, Madonna, Michael Jackson, Coldplay ou Lady Gaga.

    L’easy listening

    L’easy listening regroupe des mélodies assez simples mais toutefois accrocheuses : ce sont des chansons douces, mélodieuses avec des rythmes de danses de salon.
    Souvent, l’easy listening est comparée à de la musique d’ambiance, aussi appelée musique d’ascenseur de façon péjorative, comme si elle pouvait être écoutée uniquement en fond sonore.
    Les artistes connus de ce style musical sont : Burt Bacharah, Perry Como, et plus récemment Pink Martini et Jay Jay Johnson.         

  • Ambient

    Le genre Ambient est assez difficile à déterminer ; on sait que c’est une variante assez « light » du genre électro.
    C’est le chanteur et compositeur Brian Eno qui a la première fois évoqué ce terme pour définir sa musique, une sorte de musique d’ambiance, une musique que l’on écoute en fond sonore. On découvre qu’il n’y a quasiment pas de beat et que les nappes sont prédominantes.

    Un terme singulier

    La musique Ambient est un terme qui fut utilisé et se référence toujours à un moment précis de la musique électronique, à savoir les années 70. Or, à cette époque-ci, tout n’était pas instrumental contrairement à ce que l’on peut croire et tout n’était pas obligatoirement électronique ; quand vous écoutez Pink Floyd, Brian Eno, Tangerine Dream ou Harold Budd, les exemples se multiplient.

    L’Ambient dans les 90’

    Alors que la techno et la House font rage dans les différents clubs et autres raves, une nouvelle vague de compositeurs s’empare de la musique Ambient pour s’essayer à des expérimentations acoustiques. Les musiques de groupes tels que The Orb, The Future Sound of London et ensuite Aphex Twin ou Squarepusher renouent un peu avec le mouvement psychédélique et des ambiances un peu vaporeuses des années 70.
    Mais c’est l’esthétique et la recherche en termes de percussions, d’atmosphères qui façonnent le nouveau visage de la musique Ambient.

    Les années 2000

    La musique Ambient connaît alors une mutation grâce à l’arrivée de nouveaux artistes mais surtout avec l’apparition de logiciels qui vont venir traiter le son de façon numérique. Tandis que la presse évoque le terme « electronica » pour la définir, l’Ambient reste un genre minimaliste avec des recherches sonores très poussées, notamment sur le plan de la texture.
    ’Ambient est une musique considéré comme intellectuelle où chaque artiste explore une esthétique en travaillant avec les perceptions des auditeurs sur chaque son.

  • Action, suspence

    Si vous êtes passionné de films d’actions, de films à rebondissement ou à suspense, vous avez du remarquer qu’ils sont souvent accompagnés d’une musique bien précise : à renfort de fond sonore et de rythmes rapides, la musique accompagne l’action pour mieux la souligner.

    Des fonctions précises

    La musique d’action et de suspense est présente pour mettre en valeur une atmosphère, pour mettre le spectateur que vous êtes dans un état de conditionnement qui va vous transporter au cœur même de l’histoire.
    Cette musique sert avant tout à marquer un mouvement comme le fait de courir, sauter, nager, galoper, voler, poignarder, faire feu, etc. Ensuite, la musique de suspense vient s’intégrer dans ct ensemble pour marquer des sons réels, afin que l’on se rende compte d’un événement en particulier ou tout simplement pour attirer (ou déjouer) notre attention : c’est le cas notamment lorsque la musique se superpose à une trame sonore comme la pluie, le vent, des cris, ou encore des onomatopées.

    Marquer un lieu

    La musique d’action et de suspense sert aussi à marquer un lieu où l’action principale a leu : ainsi, il suffit d’un certain style de musique pour devenir que l’histoire se passe dans la jungle, au Japon, sous la mer, dans un tunnel ou dans un bar miteux.
    Cette musique fait aussi partie intégrante de l’histoire au même titre qu’un personnage ; la musique se fait alors visible comme pour un concert, une fanfare, un orgue dans une église ou invisible, ce qui est le cas pour une musique d’aéroport ou dans un supermarché, une chaine de télévision qui passe en fond sonore ou une radio qui grésille dans une voiture.

    Dire les émotions

    Enfin la musique d’action est là pour souligner une émotion, pour communiquer celle des acteurs aux spectateurs ou pour justifier un dialogue entre deux acteurs : lecture d’une lettre émouvante, musique effrayante quand un danger s’approche.
    La musique d’action et de suspense sert alors de guide, de fil conducteur et il n’y a pas toujours besoin de mots pour ressentir les émotions quand cette musique intervient.

  • Funk, Groove

    Voici deux genres de musique qui font immédiatement penser aux années 70 grâce à son rythme, aux tempos saccadés, à cette envie de danser qu’elles insufflent en chacun.

    Le funk

    Le funk est une musique afro-américaine qui est apparue à la fin des années 60 et qui s’inspire librement et directement du jazz ainsi que de la soul. On reconnaît le funk par ses rythmes syncopés, par la présence très marquée de cuivres et par la place accordée aux instruments en règle générale.

    Bien évidemment, le pape de ce mouvement n’est autre que James Brown qui mêle avec subtilité le gospel, le rythm&blues, la soul et le rock pour en faire toute la quintessence de la musique noire de cette époque. Il suffit d’écouter le titre « Sex Machine » pour connaître ce qu’est le funk.

    Le funk, c’est avant tout un rythme qui monte en puissance et qui prend l’ascendant sur la mélodie.

    Dans les années 70, d’autres artistes développent le funk pour le populariser : on pense notamment à Miles Davis, Herbie Hancock, Kool and the gang, Stevie Wonder.

    Dans les années 80, Prince et Rick James règnent en maitres sur un dérivé du funk appelé le funk beat.

    Le groove

    Le groove n’est pas aussi simple à expliquer mais on peut le ressentir et le deviner grâce à des éléments singuliers : le rythme ressemble à une pulsation et le groove exprime un sentiment, un feeling, une sensation.

    Avec le groove, on a envie de s’exprimer, de danser, de hanter, de jouer.

    Concrètement, le groove, ce sont des notes très claires jouées avant ou après une pulsation et le caractère répétitif des séquences rythmées donnent un effet hypnotique qui nous invite à nous déhancher.

    Une musique galvanisante, une envie de danser.

    Ecoutez James Brown pour savoir ce qu’est le groove !

  • Trip hop, Low tempo

    Dans le style des musiques dites hybrides, le Trip hop et le Low tempo sont des genres assez significatifs.

    Le trip hop

    C’est un style musical qui s’inspire de plusieurs influences en produisant des atmosphères assez sophistiquées avec des rythmes calmes, voire lents.

    La base musicale du trip hop est des instruments acoustiques voire aussi des instruments dédiés au monde classique comme le violon ou les cuivres et qui sont parsemés de samples.

    La base rythmique du trip hop provient du hip hop sur laquelle se greffent des nappes et des boucles issues du jazz, du blues, de la musique soul mais aussi de la musique de film.

    Néanmoins, tout le monde est d’accord pour signaler que le trip hop trouve ses racines dans les groupes qui évoluaient à Bristol au début des 90’ comme Portishead, Morcheeba ou Massive Attack dont Tricky est purement la figure emblématique.

    Le mot trip hop a aussi une origine : c’est la contraction assez abstraite du hip hop. Le trip hop cherche à procurer des émotions transcendantes en travaillant sur l’expérience et l’innovation. C’est pourquoi le son est souvent riche, très recherché où les pistes se superposent en mêlant voix, instruments et samples.

    Le low tempo

    Le low tempo est quant à lui un style de musique électronique qui se rapproche beaucoup du genre Ambient car c’est lent, mélodieux.

    On retrouve maintenant ce style musical pour « animer » les ambiances commerciales, comme le fait l’easy listening.

    Le low tempo n’excède pas les 90bpm et le style est assez minimaliste, efficace, tranquille.

    Les artistes les plus représentatifs de ce genre musical sont Zero 7, Thievery Corporation, Gotan Project, Telepopmusik mais aussi The Purple Haze, Coldcut et Juno6. Nicolas Jarr a également fait une percée dans ce style si singulier où la musique est douce, idéale pour commencer (ou finir la nuit) la journée...

  • Jazz, Blues

    Attention car voici deux grands mouvements musicaux qui ont influencé la plupart des autres styles comme le rock, le punk, le reggae, l’électro, etc.

    Le jazz

    Le jazz est avant tout un état d’esprit mais il est aussi la rencontre incroyable entre la musique orientale classique et des chants d’esclaves noirs qui vivaient au sud des Etats-Unis (on pense au gospel et au blues).

    Le jazz est véritablement né à la Nouvelle-Orléans, né d’un brassage culturel formidable où des instruments classiques comme la trompette, la batterie, la clarinette viennent intégrer des rythmes et des mélodies africaines.

    Il existe 5 grandes périodes dans le monde du jazz, à savoir le jazz New-Orleans (début du XXe siècle) avec Louis Armstrong et Sydney Bechet, le Swing avec Benny Goodman et Duke Ellington), le Be Bop immortalisé par Charlie Parker et Dizzie Gillepsie, le free jazz où la batterie est prédominante et enfin le jazz dit moderne où les rythmes sont plus variés et les harmonies plus complexes (on pense à Keith Jarret).

    Le jazz, c’est un accompagnement des grands moments de notre vie : que ces instants soient heureux, tristes, nostalgiques, que cela concerne un mariage, un baptême, un enterrement, le jazz se joue à tous les instants en solo, en duo, en trio ou en quartet voire en Big Band.

    Le blues

    Les origines du blues sont assez mystérieuses mais on sait qu’il provient d’une tradition orale où les esclaves noirs chantaient leurs souffrances, leur mal être et leur mal de vivre.

    On reconnait le blues au feeling et au groove qu’il dégage : ce sont des dimensions émotionnelles et gestuelles que seule cette musique peut procurer.

    Alors qu’il était essentiellement masculin, le blues se diversifie et de nombreuses voix féminines s’engouffrent, à l’instar de Bessie Smith, Billy Holiday et Ma Rainey.

  • Folk, acoustic

    La musique, c’est souvent des guitares que l’on gratte en les branchant ou non.

    La folk music s’inspire de cela et regroupe beaucoup plus en même temps : en effet, ce genre est une musique du peuple, une musique qui se transmet de génération en génération, oralement où chacun ajoute un peu de soi, un peu de ses sentiments ou de ses préoccupation de la vie.

    La folk

    La folk music est apparue au XVIIe siècle aux USA et résulte d’un métissage culturel et musical impressionnant. La caractéristique propre de la folk est la revendication, un propos engagé, voire militant et c’est tout naturellement que ce genre a explosé durant les années 60 et notamment au moment de Woodstock.

    Des artistes comme Bob Dylan, Joan Baez, Leonard Cohen ou Tom Paxton sont devenus des figures de proue de ce genre musical : entre chanson traditionnelle et chanson contestataire, la folk music dénonce tantôt la guerre, tantôt les injustices sociales mais elle reste quoiqu’il arrive un musique de libre expression de soi.

    Le folk s’est ensuite transformé pour devenir le folk-rock et la fameuse guitare devient électrique : on pense notamment aux groupes comme The Byrds et Simon & Garfunkel.

    Le folk continue sa mue et tend vers le folk pop qui fut marqué par des artistes comme Nick Drake, Cat Stevens, Tim Buckley.

    Aujourd’hui, la folk music est plus alternative et l’on retrouve des artistes comme Devendra Banhart, Iron & Wine, Fleet Foxes et la chanteuse Alela Diane.

    L’acoustic

    C’est le pendant de la folk music : une musique de puristes diront certains qui n’utilisent pas d’ordinateurs, d’instruments électroniques, ni de sampleurs, ni aucun synthétiseur.

    L’acoustic souhaite mettre en valeur les seuls instruments classiques. On parle alors de genre « unplugged » pour opposer aux instruments électriques.

  • New acoustic

    La new acoustic est un genre alternatif qui prend ses origines dans un melting pot musical.

    De la résistante face à l’électrique

    En effet, s’inspirant d’influences venues de la folk music, du bluegrass mais aussi du jazz et de la world music, la new acoustic ne requiert que des instruments acoustiques.

    Aucun branchement, aucun appareil électrique n’est accepté.

    Apparue au début des années 70, ce genre s’est développé et popularisé par des artistes tels que Bela Fleck, Tim Ware, Darol Anger ou Leo Kottke.

    6 artistes emblématiques

    La new acoustic propose de chansons dynamiques qui permettent de vous donner la pêche pour la journée.

    6 artistes sont emblématiques :

    . Liza Anne avec son titre « Watering Can » : voix douce, soyeuse et une ligne de guitare très raffinée.

    . Matt Phillips & The Philarmonic et la chanson « Bluegrass » : une chanson aux paroles percutantes avec une guitare acoustique, un orgue, des trompettes et une batterie pour créer un moment de zénitude totale.

    . Rebekah Todd et la chanson « Roots Bury Deep » : une folk qui prend sa source dans un groove et la soul parfaits pour entamer sa journée ou se prélasser après une journée difficile.

    . Look Homewrd et le titre « Morning light » : c’est la chanson-type de la new acoustic qui vous donne l’envie de profiter à fond d’une belle journée ensoleillée. Entre voix, harmonica, banjo, guitare, cette chanson réchauffe les cœurs.

    . Philip Mancuso et « Phoenix » : simple, de belles paroles et un rythme qui calmer tous les esprits.

    . Bears in the City et le titre « Loneliest Rays » : idéal pour se sentir bien dès le réveil avec cette mélodie douce et ses harmonies soyeuses qui viennent de la basse et de la batterie. Au fur et à mesure que la chanson progresse, le tempo s’accélère légèrement.

  • Dance, Club, Dream

    Pour ce qui est de la dance, du Club et de la Dream music, les rythmes sont tout à fait différents de ce quel musique électro pouvait proposer jusqu’alors.

    La dance

    La dance music est née dans les clubs et discothèques ; c’est une musique créée par des DJ dans le cadre d’effectuer un mix. Elle s’inspire très largement du disco des années 70 mais prend aussi source auprès de tentatives expérimentales comme l’electro-pop.

    Avec la dance music, on se concentre principalement sur le son des synthétiseurs et des boites à rythmes. Rapidement sont apparus des mouvements comme l’Eurodance et l’Italodance.

    La music Club et la dance se confondent assez souvent car elles ont les mêmes finalités et les mêmes sources.

    Les principaux artistes de cette époque-ci sont 2Unlimited « No limit », Ace of Base « All that she wants », Aqua et leur fameux « Barbie Girl », Corona et « Rhythym of th enight », Eiffel65 et « Blue (Da ba dee) », Gala et « Freed from desire », Haddaway et « What is love ».

    La Dream

    La dream music est une variété de la trance music et de la house music, elle apparaît au milieu des années 90.

    On reconnait la dream music car elle utilise au premier plan une mélodie jouée par un synthétiseur en conservant un son de piano, le tout étant couvert par des nappes planantes voire de rythmes issus de la techno.

    Les artistes propres à la dream music sont Robert Miles, Mephisto, Gigi d’Agostino, Nylon Moon ou Boris. Le but de cette était d’apporter un moment de calme sur les pistes de danse en fin de soirée, pour revenir lentement à la réalité, d’où son nom de « dream ».

    Une mode éphémère, entre 1995 et 1997 qui a permis à la dance music de perdurer encore quelques années.

  • RnB, Hip hop

    Le RnB et le hip hop sont deux mouvements à la fois différents et complémentaires puisque chacun puise sa source dans l’autre.

    Le RnB

    C’est un style musical composé de plusieurs influences comme le hip hop mais aussi la soul et la pop. Il est apparu dans les années 80 mais c’est surtout dans les années 90 que ce genre a explosé, notamment aux Etats-Unis ainsi qu’au Royaume-Uni.

    Le précurseur de ce genre est sûrement R. Kelly qui a popularisé le genre avec des ballades et des chansons qui mêlent soul et gospel.

    Mais le RnB s’invite aussi dans le hip hop et bien souvent les rappeurs font appel à des chanteuses de RnB pour doubler ou compléter leurs refrains ; les plus connues sont Beyonce avec Jay Z mais aussi Mary J Blige, Ashanti.

    Alors que le RnB et le rap n’étaient pas si différents au départ, aujourd’hui le RnB est considéré comme un style à part.

    Il y a davantage de chanteuses RnB que de chanteurs et l’on peut citer à titre d’exemples Pink, Nelly Furtado, Rihanna, Jenifer Lopez et chez les hommes Kanye West ou Akon.

    En France, la relève est assurée par Shym, Vitaa, etc.

    Le hip hop

    Le hip hop est un style musical qui est à relier avec un style culturel, vestimentaire, artistique : apparu aux USA à New York (dans le South Bronx plus précisément) dans les années 70, le hip hop est issu des ghettos des Noirs et Latinos.

    Aujourd’hui, le hip hop a pris un raccourci car il englobe tout ce l’univers du rap même si d’autres sous-mouvements y sont liés comme le break dancing, le graffiti, le beat-boxing, le slam.

    En France, le hip hop est arrivé en 1982 avec l’arrivée des premiers « breakers » et notamment grâce à l’émission animée par le musicien et animateur Sidney, « HIP HOP ».

    De nombreux artistes en France vont s’en inspirer comme MC Solaar, NTM, IAM, Assassin, le Ministère AMER, les sages Poètes de la Rue, etc.

  • Classic

    La musique classique est un genre intemporel et il faut savoir qu’elle se découpe en plusieurs périodes qui répondent toutes à une évolution du genre.

    Les périodes classiques

    La première période de la musique classique voit le jour au XVIIe siècle, on parle de période baroque avec des musiciens comme Vivaldi, Bach, Rameau puis vient la période classique au XVIIIe siècle qui est marquée par les maitres que sont Mozart et Haydn.

    Ensuite, c’est l’heure de la période dite romantique au XIXe siècle avec Chopin, Schumann, Brahms et Rachmaninov.

    L’autre période est la période moderne, correspondant au début du XXe siècle, avec des artistes tels que Debussy, Ravel, Prokofiev et des artistes plus contemporains pour la dernière période dite contemporaine avec Boulez, ou Stockhausen.

    Une évolution de la musique

    Tandis que la musique baroque mettait en valeur le chant, la musique classique accorde plus de place aux instruments ; jusque-là, la musique accompagnait un chant, une danse, un ballet, une pièce de théâtre mais avec la musique classique, s’épanouit toute seule et devient un genre à part entière.

    Auparavant, chaque instrument avait une égale importance mais la musique classique décide de mettre en avant tel instrument comme le piano, le violon, le clavecin. Il suffit de découvrir les différentes pièces, les sonates ou les symphonies qui sont réservées uniquement à tel instrument.

    La musique classique, c’est aussi l’opéra dont le genre est entièrement renouvelé grâce à ce style : les genres sont plus affirmés (drame, comédie, romantisme, etc.).

    Des morceaux de classique à retenir

    . Le 3e mouvement de la sonate pour violoncelle et piano de Rachmaninov

    . Le 4e mouvement du 2nd quintette de Dvorak

    . L’étude op. 104b de Mendelssohn

    . Le prélude op.23 n°4 de Rachmaninov

    . Le 3e mouvement du 1er Concerto de Chopin

    Et que dire de Mozart et des Noces de Figaro ? De Beethoven et de sa 9e Symphonie ? De Haydn avec sa Symphonie Militaire ?